Un grand studio des années 70 près des Champs Elysées, très marqué mais sans originalité et cloisonné dont le seul réel attrait est la terrasse au sud donnant sur un magnifique jardin arboré aux allures «  sauvages ».

Notre cliente souhaitait l’aérer et s’approprier un « espace nuit » pour son intimité. Les possibilités offertes étant restreintes, notre intervention s’est située sur des jeux de fausses transparences tant au niveau des volumes que des matériaux en jouant sur des effets de perspectives.

En savoir plus »

L’entrée se dégage par un jeu de bibliothèques en médium vernis où plein et vide viennent se composer avec l’accès à la salle de bain, épurée et fonctionnelle, traitée en ambiance « chaude et froide ». En face, le verre des portes de placard offre d’autres reflets et s’expose en continuité du séjour.

L’espace « chambre » très ouvert se ferme par des portes coulissantes en verre, pour créer des profondeurs, et un bord arrondi pour casser son contour. Mais aussi détruire l’ancienne cloison de la cuisine pour la lier avec le salon tourné vers la terrasse. Ses meubles en finition laque blanche font face au bar qui marque sa délimitation avec le séjour. En fond, une peinture à base de chaux traitée avec un grain légèrement granuleux vient renforcer l’arrière- plan.

Le parquet en Chêne du Marais relie chacune des pièces et apporte par sa tonalité une chaleur qui se lie avec l’ensemble des matériaux.